Plateforme STELLA MARE | UMS3514 - CNRS / Università di Corsica
MOPAMFISH
 
 

Présentation


       

Mieux comprendre pour mieux protéger.

Le projet MoPamFish (Monitoring of Patrimonial Mediterranean Fishes) vise à acquérir de nouvelles connaissances sur la biologie de 3 espèces patrimoniales : le mérou brun, le denti et le corb afin de proposer des mesures de gestion adaptées sur ces espèces. Ce projet est coordonné par la station Stella Mare et l’Université de Corset et regroupe différents acteurs et institutions du milieu marin comme CRPMEM Corse.

Dans un contexte de changement global, la biodiversité marine est de plus en plus menacée à l’échelle mondiale. La Méditerranée à elle seule contient environ 10% des espèces marines mondiales. Cependant, la pollution, l’eutrophisation, la surexploitation des ressources et une croissance démographique forte engendrent une érosion importante de la biodiversité marine méditerranéenne. La Corse concentre sur son territoire insulaire la majeure partie des différents habitats et organismes caractéristiques de la Méditerranée, dans un état de préservation encore remarquable mais d’autant plus sensibles aux pressions grandissantes. A l’échelle mondiale, la surexploitation des stocks de poissons marins entraine un déclin de ces populations. Malheureusement, la mer Méditerranée subit elle aussi ces perturbations. Les poissons sont un groupe de vertébrés ayant un rôle majeur dans le fonctionnement des écosystèmes marins. En effet, ils sont répartis sur l’ensemble du réseau trophique du consommateur primaire au prédateur supérieur et en font un groupe clé pour suivre l’état de santé d’un écosystème.

Le projet MoPamFish s’intègre dans ce contexte et propose le suivi des déplacements de 3 espèces patrimoniales : le mérou brun, le denti et le corb au niveau populationnel jusqu’au niveau individuel au sein de Parc Marin du Cap Corse et de l’Agriate (décret de création du 15 juillet 2016). Une bonne connaissance de la dynamique spatio-temporelle d’une population nécessite aussi des données au niveau individuel. En effet, les données de déplacement, rythme d’activité, home range, territorialité et migration sont des éléments essentiels pour bien comprendre l’utilisation de l’habitat par les poissons et ainsi mieux définir les besoins en termes de gestion spatialisée.

Les objectifs du programme visent donc à :

  1. collecter et compiler les connaissances existantes par une approche multi-sources et complémentaire d’acquisition de données d’observation qui constitue un savoir écologique empirique (science participative à travers la pêche professionnelle et récréative et les clubs de plongée) et des données de capture de pêche professionnelle afin de cartographier les zones d’habitats préférentielles pour les trois espèces ciblées.
  2. mettre en place un suivi au niveau populationnel à travers des suivis par recensement visuel et développement de méthode acoustique passive afin de produire des estimations d’abondance et de variabilité spatio-temporelle de ces trois espèces
  3. mettre en place un suivi au niveau individuel à travers les suivis en télémétrie acoustique afin de connaître l’utilisation de l’habitat (home range, déplacements, rythme d’activité, dynamique spatio-temporelle) pour ces trois espèces
  4. capitaliser sur ces nouvelles connaissances au niveau population et individu acquises afin de proposer des mesures de gestion adaptée et des perspectives de suivi à long termes
  5. communiquer et sensibiliser sur ces espèces

 


                            

Page mise à jour le 31/07/2020 par GARCIA JESSICA