Logo du site
Plateforme STELLA MARE | UMS3514 - CNRS / Università di Corsica
Recherche et Développement  | Programmes

PARARESTOR

Restauration des populations de Paracentrotus lividus en Corse

       

 

Présentation  Equipe  Axes de travail  Diffusion  Partenaires  Contact

 


Présentation du Projet

Contexte

En Méditerranée, l'ensemble de la pêche oursinière repose sur une espèce : l’oursin violet Paracentrotus lividus (Lamarck, 1816). Cet Echinidé est le plus abondant de l’étage infralittoral méditerranéen et joue un rôle écologique déterminant dans les écosystèmes littoraux : il constitue une source de proies pour les grands crustacés (e.g. l'arraignée de mer Maja squinado et la langouste rouge Palinurus elephas) et certains poissons (e.g. les sars Diplodus spp. et la girelle Coris julis).  D'autre part ils jouent, en tant qu'herbivores, un rôle important dans dans la structuration et le fonctionnement de nombreuses communautés benthiques.

Cependant, depuis les années 1950, une forte diminution des stocks est constatée, entraînant une mise en péril de l'écosystème, ainsi qu'une baisse des captures pour les pêcheurs. L'influence de l'Homme n'est plus à remettre en question. Outre la pression de pêche qui affecte directement les populations adultes, les stocks d’oursins souffrent également de la destruction et de la fragmentation de leurs habitats par les aménagements littoraux. La pollution d'origine humaine impacte directement la fécondité des adultes, le succès reproducteur, le développement et le recrutement.

La Corse, par ses démarches tournées vers le développement durable, cherche à préserver ces ressources halieutiques, ainsi qu'à en développer les capacités pour soutenir la petite pêche côtière et maintenir l'intégrité de l'équilibre écologique, et l'identité régionale attachée aux espèces emblématiques de son littoral. C'est dans ce cadre que la plateforme Stella Mare a développé un programme d’étude et de gestion durable des populations naturelles d’oursins violets en Corse. Une meilleure connaissance du cycle de vie de cette espèce en milieu naturel ainsi que des avancées significatives dans les techniques d’élevage nous permettent aujourd’hui d’envisager des actions concrètes in situ afin de maintenir les populations naturelles dans des sites où la ressource est en déclin.

C'est ainsi que le projet ParaRestor a vu le jour.

 

Objectifs
Le projet ParaRestor a pour objectifs (1) de suivre la démographie et les variations spatio-temporelles des populations de P. lividus autour de la Corse ; (2) de réaliser une expérimentation de restauration écologique.
  1. Des comptages réguliers permettent de suivre le recrutement et les structures des populations d’oursins autour de la Corse. On peut alors évaluer les variations spatio-temporelles des populations, et identifier celles qui sont fragilisées.
  2. Une expérimentation combinant deux méthodologies a été mise en place autour de la Corse : des microhabitats pour offrir des habitats complémentaires dans le milieu susceptible de favoriser le recrutement naturel et la survie des juvéniles sauvages d’oursins, et des relâchers de juvéniles produits en écloserie pour augmenter la biomasse des populations fragilisées. Des suivis caractériseront les modalités de colonisation par les juvéniles et les impacts liés à de tels procédés.

L’aboutissement d'un tel projet permettra de tester des outils et méthodes permettant de renforcer les populations naturelles qui auraient été fragilisées.

 

 

 

Qu'est-ce que la "restauration écologique" ? 

Il s’agit d’une activité humaine qui initie ou accélère le rétablissement d’un écosystème antérieur (ancien ou récent) par rapport à sa composition spécifique, sa structure communautaire, son fonctionnement écologique, la capacité de l’environnement physique à supporter son biote, et sa connectivité avec le paysage ambiant. Cela suppose donc une bonne connaissance de l’écologie fonctionnelle et évolutive des écosystèmes ciblés, et de l’histoire de la dégradation anthropique. La restauration écologique s’efforce donc d’embrasser les réalités et tendances à la fois culturelles et environnementales, dans une perspective écologique plutôt que purement technique ou d’aménagement.

 

 

Page mise à jour le 23/11/2020 par LEA PIACENTINI